Nous utilisons nos propres cookies tiers afin de personnaliser notre contenu, de vous proposer des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux et d’analyser la fréquentation du site web. Vous pouvez accepter l’utilisation de cette technologie ou la refuser (auquel cas votre navigateur sera redirigé vers un autre site).

En poursuivant votre navigation ou en cliquant sur « J’accepte », vous accepterez l’utilisation des cookies détaillés ci-dessous :

Type de Cookie Domaine Description
Cookies de session edgeent.fr Cookies techniques permettant de conserver vos informations de session et de maintenir la connexion.
Réseaux Sociaux facebook.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Réseaux Sociaux twitter.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Réseaux Sociaux instagram.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Analyses Google google.com Cookies permettant une analyse statistique des visites sur notre site web.

Politique de Cookies Accepter Refuser

Défiez la Réalité
FR · ES
 
Panier
Votre panier est vide.
Rendez votre panier utile en le remplissant de jeux, de livres et de bien d'autres choses.
Une Ville Déviante

Une Ville Déviante

Aperçu de Berlin la Dépravée

« Et nous voici arrivés à la ville déviante entre toutes : celle du Berlin d’après-guerre. Depuis la déclaration de paix, Berlin trouve son exutoire dans les pires distractions possible. L’Allemand est vulgaire dans son immoralité, il aime son Halb-Welt et ses plaisirs prohibés, dépourvus de Kultur et de raffinement, il apprécie l’obscénité sous une forme que même le Parisien ne tolérerait pas. »
— Netley Lucas, Ladies of the Underworld (1927)

Nous vous avons récemment annoncé le supplément Berlin la Dépravée, à paraître d’ici quelques semaines pour L’Appel de Cthulhu 7e Édition. Aujourd’hui, nous allons vous présenter un peu plus en détail le contenu de cet ouvrage qui vous plongera dans l’Allemagne de Weimar, où sévissent encore une fois les forces maléfiques du Mythe…

Un Peu d’Histoire

À la fin de la Grande Guerre en novembre 1918, la ville de Berlin se métamorphose. Après avoir subi les affres de la rébellion menée par des extrémistes situés aux deux extrémités du spectre politique, la ville se fait rapidement une réputation de débauche. C’est l’endroit où l’on peut se procurer n’importe quoi – absolument n’importe quoi – à condition d’y mettre le prix : ville du péché, ville du Betrieb (un mot que l’on peut traduire par « les affaires » ou « l’agitation »). Les rues débordent de prostitués de tous genres, de vétérans estropiés, d’immigrants sans le sou et d’agitateurs politiques qui côtoient des hommes d’affaires coincés, des ouvrières, des érudits et des artistes.

La ville est dangereuse, à en croire les rumeurs. Durant les trois premières années d’existence de la nouvelle république, les caniveaux charrient le sang de dizaines d’assassinats politiques. La violence n’est pas rare dans les rues où les communistes et les nationalistes du mouvement völkisch s’affrontent ou se battent contre la police. Une sorte « d’indifférence morale à l’égard de la violence » se développe au sein du peuple.

Mais le vrai péril vient de la vie nocturne de la ville. Très tard dans la nuit, des cabarets célèbres dans le monde entier offrent une quantité apparemment illimitée de musique, de danse et de divertissements émoustillants, offrant un contraste saisissant avec les bâtiments gris qui s’étendent sur des kilomètres le long des chemins de traverse tentaculaires.

Et à ce bouillonnement, Berlin la Dépravée ajoute les éléments surnaturels du Mythe de Cthulhu. La ville est un foyer d’organisations occultes, de sectes singulières et de légendes chuchotées au détour d’une rue. La population de la ville a explosé, avec une croissance de 400 pour cent lors des 50 dernières années, et ces nouveaux habitants amènent avec eux d’indicibles secrets et d’étranges nouveaux dieux. Dans l’air malsain de la capitale mondiale de la débauche, la nature humaine est remise en question. Et tandis que Berlin se précipite inexorablement vers un destin funeste, l’atmosphère oppressante s’alourdit encore, mettant à rude épreuve la raison des investigateurs.

Que Contient cet Ouvrage ?

Le Chapitre 1 : La ville présente un aperçu de la ville de Berlin des années 1920 telle que les visiteurs et les habitants la connaissent à l’époque. Vous y trouverez des conseils pour créer des investigateurs destinés à une campagne locale, ainsi que pour y incorporer des personnages existants. Des organisations sont fournies pour vous aider à assurer la cohésion du groupe, et les bagages d’expérience ajouteront une nouvelle dimension aux personnages qui le composent. Un bref tour d’horizon de l’histoire de Berlin et de sa topographie regroupe les quartiers, les rues et les parcs qui reflètent le mieux le caractère de la ville. Vous y trouverez des détails concernant les déplacements, les communications, le logement, les crimes et les peines associées, l’usage de la drogue, la pègre et la culture évoluée des Berlinois.

Le Chapitre 2 : Découverte de Berlin vous présente toutes sortes de lieux intéressants pour les investigateurs, des bibliothèques et musées aux cafés et aux boîtes de nuit. Compte tenu de la taille de la ville, plutôt que de procéder à une description exhaustive par quartier, nous avons préféré nous concentrer sur quelques sites qui ne manqueront pas de piquer l’intérêt des investigateurs, pour remplir ensuite les vides avec un système simple permettant de générer à la volée les détails du paysage urbain. Les penchants hédonistes de la ville nous amènent à nous intéresser au rapport qu’elle entretient avec la prostitution, la boisson, la bonne chère et les cabarets. Souvent, ceux que l’on connaît comptent davantage que ce que l’on sait : vous trouverez là divers contacts pour les investigateurs. Le chapitre s’achève par une série de tableaux permettant de développer des quartiers et des rencontres urbaines : le gardien y trouvera l’inspiration pour ses cabarets et ses night-clubs, des détails architecturaux et des informations sur les commerces. Les outils fournis ici devraient lui permettre d’entrapercevoir le caractère unique de Berlin et de disposer de tout le nécessaire pour lui donner vie à la table de jeu.

Le Chapitre 3 : Oh ! You Pretty Things présente des personnages historiques qui participeront à l’ambiance de la ville. Qu’il s’agisse de Marlene Dietrich ou de Joseph Goebbels, leurs courtes biographies s’attachent essentiellement à leur séjour ou à leur visite à Berlin, afin d’inspirer des rencontres et des scénarios.

Le Chapitre 4 : Berlin l’étrange se penche sur l’influence délétère du Mythe de Cthulhu, qui s’infiltre dans les recoins sombres de la ville. Vous y trouverez toutes sortes d’idées d’aventures à intercaler entre les trois grands scénarios qui suivent, afin de démarrer une campagne d’horreur couvrant toute la décennie.

Les Chapitres 5 à 7 consistent en trois scénarios qui couvrent l’histoire de Berlin, de la fin de la Grande Guerre à l’avènement d’Adolf Hitler et du parti nazi. Nombre de facettes intéressantes de la ville et de sa population figurent dans les scénarios, que vous pouvez jouer indépendamment ou enchaîner pour former une mini campagne. Ils font partie d’une continuité, et sont conçus dans l’idée qu’au moins certains des investigateurs survivent de l’un à l’autre. Un gardien désireux de les jouer indépendamment peut bien sûr adapter le niveau de démence et de dangerosité de chacun : les outils nécessaires lui sont fournis. Attention toutefois : ces récits sont déjà conçus pour mettre en péril l’intégrité physique et mentale des investigateurs, et pour les pousser jusqu’à leurs limites.

Le diable mange des mouches se déroule durant l’été 1922, dans une Allemagne au bord de la ruine économique et du chaos politique. Le spectre d’un fou hante la ville, poussant les citoyens les uns contre les autres et exacerbant les forces monstrueuses qui nous habitent tous. Afin d’arrêter cet esprit démoniaque et de sauver une princesse russe en exil, les investigateurs doivent conclure un pacte avec des forces malfaisantes et se demander quelle vie ils sont prêts à sacrifier pour sauver la ville.

NdT : le titre de ce scénario vient d’un proverbe allemand qui dit que « dans le besoin, le diable mange des mouches ».

Le deuxième scénario, Le ballet du vice, de l’horreur et de l’extase, se déroule en grande partie en 1928, après un court prélude en 1926. La ville connaît là son âge d’or, jouissant d’une stabilité et d’une prospérité superficielles. Un sorcier raté, une danseuse débauchée et une étrange secte gnostique d’adorateurs de Saturne menacent de bouleverser cet équilibre et de transformer Berlin en véritable cloaque de démence et de dépravation.

Schreckfilm, le scénario final, se déroule pendant l’hiver 1932, alors que Berlin s’achemine vers son funeste sort. Les investigateurs se retrouvent face à une cabale regroupant les gros bonnets de la ville et déterminée à détourner l’industrie cinématographique locale, célèbre dans le monde entier, à des fins malfaisantes. Prisonniers d’un labyrinthe qu’ils ont eux-mêmes conçu, et poursuivis sans relâche par des forces pernicieuses qui les dépassent, les investigateurs sont confrontés à une question fondamentale : où est la réalité et où est l’illusion ? Sacrifieront-ils leur identité à leur instinct de survie ?

Ce livre s’achève par une sélection d’inspirations diverses – livres, films et séries télévisées – pour ceux qui souhaitent explorer les mystères, l’histoire et la géographie de Berlin.


News similaires



 
Plus de news
Plus de news
Up