Nous utilisons nos propres cookies tiers afin de personnaliser notre contenu, de vous proposer des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux et d’analyser la fréquentation du site web. Vous pouvez accepter l’utilisation de cette technologie ou la refuser (auquel cas votre navigateur sera redirigé vers un autre site).

En poursuivant votre navigation ou en cliquant sur « J’accepte », vous accepterez l’utilisation des cookies détaillés ci-dessous :

Type de Cookie Domaine Description
Cookies de session edgeent.fr Cookies techniques permettant de conserver vos informations de session et de maintenir la connexion.
Réseaux Sociaux facebook.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Réseaux Sociaux twitter.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Réseaux Sociaux instagram.com Cookies de Réseaux Sociaux qui vous permettront de partager du contenu depuis notre site web.
Analyses Google google.com Cookies permettant une analyse statistique des visites sur notre site web.

Politique de Cookies Accepter Refuser

Défiez la Réalité
FR · ES
 
Panier
Votre panier est vide.
Rendez votre panier utile en le remplissant de jeux, de livres et de bien d'autres choses.
Chroniques du Cataclysme : Chapitre 2

Chroniques du Cataclysme : Chapitre 2

Un article narratif pour Aftermath

Bogue dévisageait Pygmée à travers l’infranchissable clôture en métal ; leurs truffes restaient immobiles à quelques centimètres l’une de l’autre.

« Pourquoi tu n’aboies pas ? » demanda-t-il. « Tu me détestes pourtant, l’aurais-tu oublié ? » C’était un roquet élancé et de taille moyenne à la fourrure brun-roux en bataille, au visage négligé et avec une seule patte blanche.

« Et toi, alors ? » rétorqua Pygmée. Le petit chihuahua fusillait Bogue du regard, la tête levée d’un air de défi. Sa queue frisée en alerte, prête à réagir, elle se tenait les pattes bien écartées dans l’herbe grasse de son jardin.

« Oh allez, ça suffit », protesta Bogue. « Tu sais très bien pourquoi, alors arrête ton numéro. Tu n’as pas vu tes humains récemment, hein ? » Il s’assit sur son arrière-train et toisa Pygmée de toute sa hauteur. « Enfin, tu ne trouves pas ça bizarre ? Je n’ai pas vu mes maîtres depuis deux jours. Honnêtement, je commence à m’inquiéter… et à avoir faim. » Un gémissement haut-perché s’échappa du museau du vieux chien. C’était plus fort que lui ! Mais mieux valait ça que de ne pas pouvoir retenir un hurlement, ou pire : un couinement.

Pygmée fut saisie d’une crise de tremblements. « Oui… oui, je sais. Ça ne présage rien de bon. Je n’ai pas senti d’humain, entendu de voiture ou de voix, rien du tout ! » Redressant ses amples oreilles, elle observa le jardin de Bogue à travers la barrière. « Il te reste de l’eau ? La dernière fois que j’ai bu, c’est quand les arroseurs se sont arrêtés.

- J’ai une cuvette de toilettes à moitié pleine. » Les deux chiens se regardèrent entre deux barreaux et réalisèrent brusquement qu’ils n’avaient plus qu’eux au monde, et que leur situation pourrait bien empirer plus qu’ils ne l’auraient cru.

« Il faut sortir d’ici ! » brailla Pygmée en se mettant à tourner en rond à toute vitesse.

« Et si on creusait ? » proposa Bogue. La queue du chihuahua remua brièvement à cette idée.

« Je pourrais passer de ton côté, et ensuite tu creuserais pour nous faire évader tous les deux ? » suggéra Pygmée tandis que Bogue approuvait d’un aboiement. « Garde-moi un peu d’eau de ces toilettes », ajouta-t-elle. « Je vais en avoir besoin ! »


News similaires



 
Up